Dialogue avec

L’ÉTAT. Dialogue avec son fondateur. Michel de L’HOSPITAL 1507-1573

 

  le 8 mai 2002 déjeuner en famille ; Appel téléphonique.

 

M.d.H : Je suis bien chez Michel ROUGER, je suis Michel de l’HOSPITAL, le chancelier statufié face au Pont de la Concorde et à la Place de vos discordes.

Je m’adresse à vous parce que j’ai le souvenir que vous êtes venu vous recueillir sur ma tombe. C’est bien vous ?

M.R : Oui Mr le Chancelier. What a surprise !

M.d.H : Parlez français, je vous en prie ! Que je sache, vous n’êtes pas encore colonie Anglaise. Mais de grâce, faites-le avec l’humour qui permet de rire de nos soucis. La félicité éternelle finit par ennuyer, j’aimerais bien partager un instant avec vous tous les tracas qui sont le quotidien de ceux qui vivent dans notre beau pays.

M.R : Veuillez excusez ma mauvaise langue. Je croyais que la City avait aussi racheté le Paradis. Préférez-vous le français officiel, la langue de bois ? Je suis à votre écoute, Monsieur le Chancelier.

M.d.H : Surtout pas ! Je vous pose ma première question.

J’ai rencontré ce matin à la buvette du paradis votre ancien roi Louis XVI, celui qui est arrivé chez nous, en deux morceaux. Il m’a raconté que votre actuel monarque Républicain venait de se faire élire avec 80 % des suffrages de vos concitoyens. Est-ce possible ?

M.R : Je suis comme vous, Monsieur le chancelier, j’ai observé, sans pouvoir vous donner d’explication. Espérons que notre bien élu saura bien gouverner, pas seulement régner et comploter ce qu’ont fait toutes les monarchies.

M.d.H : Je vous remercie jeune homme. Votre réponse m’inspire une deuxième question :

Comment cette situation est-elle possible alors que tous les échos qui nous sont apportés par les nombreux arrivants en provenance de la France, mettent en avant le grand équilibre né de l’instauration de l’État de droit.

M.R Monsieur le chancelier, ils ont raison. Il suffit d’évoquer votre époque, celle des guerres de religion, et leurs violences sanguinaires et destructrices. Il vous a fallu du courage pour créer un État qui deviendrait un jour État de droit.

Deux siècles et demi plus tard, alors que les violences s’étaient apaisées, un génie politique, du nom de Karl Marx a expliqué que « La religion était l’opium du peuple », drogue dont, évidemment, il fallait éradiquer l’usage.

Je passe sur les détails d’application du message universel du grand homme, pour vous dire que la mise en pratique de la pensée dite marxiste a conduit, insidieusement, à ce que l’ÉTAT, spécialement en France, devienne, à son tour, l’opium du peuple.

M.d.H Que reste-t-il alors de ce fameux État de droit si vos concitoyens sont revenus deux siècles en arrière.

M.R C’est là qu’est intervenue un autre génie politique, Français, exilé à Londres, comme Marx. À la fin de la guerre de trente ans 1914-1944, il a installé et garanti aux citoyens épuisés, la Paix et la Providence par l’État de droit.

Il a construit son projet en créant une super école de super administrateurs, tels que furent les maires du palais, inspirés par la Sainte Ampoule, au temps des Rois fainéants.

M.d.H Quel rapport entre ces gentilshommes si compétents et si bien formés soient-ils avec l’État de droit ?

M.R Quatre siècles après votre édit de Moulins en 1564. Ce génie politique a régné sur la France et l’école qu’il avait créée a commencé à installer ces supers serviteurs. Vous savez les difficultés que vous avez eues en cherchant à confier votre projet d’État aux élites de la Renaissance. Ni la royauté ni la noblesse ni le clergé, ne vous ont aidé et le tiers a attendu trois siècles pour parler de Droits.

M.d.H Avec qui a-t-il pu construire ce type d’État ?

M.R Ce n’est pas compliqué, Monsieur le chancelier. Il a suffi que ces administrateurs estampillés avec ce que nous appelons le label des normes françaises, apparaissent au bon peuple comme étant eux-mêmes l’État dont la nation a besoin. Il faut que vous compreniez Monsieur le chancelier, que grâce à ce génie politique l’État dont vous avait rêvé, nous l’avons fait après avoir remis l’ouvrage sur le métier pendant quatre siècles.

Il y eut d’abord « l’État c’est moi » du monarque absolu. Çà a mal fini. Puis il y a eu « l’État c’est nous » des révolutionnaires qui s’est encore plus mal terminé. Enfin, quatre siècles après vos premiers travaux, on peut enfin dire « l’État c’est eux ».

M.d.H Dites-moi, jeune homme, j’apprécie l‘humour, et je veux bien admettre que leurs compétences les protègent des aléas se votre vénéré suffrage universel, pratiqué, avec des hauts et des bas, depuis plus de deux siècles, mais pouvez-vous m’expliquer comment ils réussissent à créer et à gérer tout ce qui permet de faire vivre un État de droit.

M.R Monsieur chancelier, ces grands administrateurs sont tout à fait capables de créer par leurs réglementations, les conditions d’existence de l’État de droit dans la nation.

L’expérience prouve, hélas, qu’ils ont quelques difficultés pour le faire vivre, car l’administration de ces réglementations au bon peuple, réputé fautif par son inculture, entraîne quelques zizanies.

C’est pourquoi cette élection inattendue de 2002 a secoué les urnes du second tour avec l’élection d’un corrézien, né sur une terre qui vous est familière par sa proximité avec votre château Cantaloup d’Aigueperse.

M.d.H Jeune homme, c’est quand même un vrai miracle, comme à Lourdes, peut-être le prénom de la grande dame y est pour quelque chose ?

M.R Monsieur le chancelier. Je vous rappelle que depuis quatre-vingt-dix-huit ans la séparation entre l’Église et l’État est consommée. Dans sa sacro-sainte laïcité, la République n’admet que les miraculés, pas les miracles.

M.d.H Jeune homme tout cela est bien bel et bon mais pourquoi entend-on dire que trop de droit tue le droit ?

M.R Parce que plus personne ne maîtrise une production de règlements et de Lois dont le volume est à la mesure de celui de nos organisations étatiques et supers étatiques.

M.d.H Une réaction me vient à l’esprit, comment ces gens qui constituent une caste, excusez-moi si ce n’est pas le bon mot, sont-ils organisés entre eux ?

M.R Monsieur le chancelier. Ils sont organisés par un système de Corps selon leurs spécialités. Ils sont réunis une fois par an, pour les vœux, au Château du Président qui s’appelle l’Élysée à Paris.

Le reste du temps ils vivent la vie de leurs Corps, les corporations ont disparu avec les privilèges. Ils s’accordent pour tout monopoliser.

M.d.H Dites-moi jeune homme, cette organisation par grands corps me fait penser qu’il doit bien y avoir la même réservée au petit commis serviteurs des grands administrateurs.

M.R Monsieur le chancelier, la chose devient franchement compliquée car l’État ne peut pas avoir de petits collaborateurs sauf au sein des provinces pour ceux que l’État central « limoge »

M.d.H Jeune homme, cela m’inspire une question de fond ? Avec ce système de grands corps ne risquez-vous pas de créer de véritables États dans l’État.

M.R Question à ne pas poser. La réponse est oui ! pour que ce soit révélé, il faut attendre la défaillance.

M.d.H Et alors, que se passe-t-il ?

M.R Une commission d’enquête est créée qui conclut de deux manières.

Soit le pouvoir d’État est bien en place, et la commission dénoncera des dysfonctionnements qui permettront de sanctionner ceux que nous appelons les « sous fifres » qui ont eu tort d’être au mauvais endroit au mauvais moment.

Soit celui qui tenait le pouvoir d’État a été dégagé, et la commission conclut au Scandale d’État. 1958 en a fourni un, historique, pour accablé le « manchot qui touchait des deux mains ».

M.d.H Eh bien ! ce que vous me dites sent bon la Monarchie. Dernière question :

Votre époque semble faire une grande place aux Femmes, y compris dans l’État. Comment y arrivent-elles ?

M.R Naturellement, Monsieur le Chancelier. Certaines de nos jeunes femmes ont préféré l’austère robe noire de la magistrate, la blouse blanche du médecin ou la tenue bleue des gens d’ordre pour gagner leur place dans l’État.

D’autres ont choisi la séduisante tenue de l’hôtesse de l’air ou à la garde-robe du top model pour trouver leur place à côté des hommes de pouvoir, voire à prendre le micro baladeur qui les conduira vers les plateaux où sévissent les vedettes qui font trembler les politiques.

M.d.H Grand Merci. Bon courage. Faire vivre une République avec deux Chambres, basse et haute, ça me ramène au temps de Chenonceaux lorsque Catherine lorgnait par le trou de son Plancher les ébats de son mari le Roi Henri II avec la belle Diane.

C’était le bon temps !

M.R Je vous comprends, Monsieur le Chancelier, j’ai souvent pensé à votre époque quand nous avons failli élire une Reine qui était aussi cocufiée que votre Catherine par son propre mari, futur Roi Républicain.

M.d.H. Je suis désolé jeune homme, je vais être obligé d’arrêter. Le Bon Dieu a besoin du téléphone. Au revoir et très grand merci.

M.R À plus tard Monsieur chancelier, le plus tard possible

3 Comments

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.